Depuis quelques mois maintenant, les informations transmises par les médias, la famille, les amis, l’école, la peur d’être malade et les changements d’organisation ont pu générer du stress et de l’anxiété chez les enfants.

En effet, ils ne réagissent pas et surtout n’expriment pas leurs émotions de la même manière que les adultes. Aussi, il peut être difficile d’évaluer leurs capacités à gérer cette période particulière et anxiogène.

Si vous ne savez pas comment repérer les symptômes de stress, anxiété ou de dépression chez votre enfant voici quelques signes qui peuvent vous alerter.

Être attentif est un préalable. En effet le parent est le mieux placé pour savoir si quelque chose ne va pas. Vous connaissez les réactions de votre enfant habituellement :  il est donc nécessaire d’être attentif à toute modification de comportement :

  • Irritabilité : opposition, changement d’humeur, baisse de l’appétit, difficulté à se séparer, discrétion soudaine, tristesse, … ou toute autre réaction inhabituelle
  • Angoisse : certains enfants vont avoir des plaintes somatiques* (comme des maux de ventre ou une difficulté à s’endormir.  Parfois, c’est l’organisation quotidienne qui devient difficile (les devoirs, les activités…) ou l’enfant peut être sur le qui-vive
  • Tristesse : elle s’exprime souvent par le repli sur soi, de l’isolement ou le besoin de solliciter plus souvent son parent.

Certains enfants peuvent réagir immédiatement ; d'autres peuvent montrer des signes plus tardivement. Soyez donc attentif à l’intensité de ces changements et leur durée.

Pour réduire l’anxiété et le stress chez les enfants, il faudra avant tout les soutenir

  • Laissez votre enfant s’exprimer sur ce qui l’inquiète et essayez de lui répondre de façon simple, à partir de sources fiables. Cela permet de renforcer le sentiment de sécurité.
  • La vie sociale, les repères stables du quotidien aident les enfants à s’apaiser. Vous pouvez renforcer la routine du quotidien. La régularité de la vie sociale est essentielle à leur équilibre.
  • Ecouter son enfant est le moyen le plus naturel pour le soutenir. S’il sait identifier ce qu’il ressent : aidez-le à exprimer ses émotions sans inquiétudes. Il peut utiliser les jeux et dessiner pour s’exprimer. Vous pouvez lui lire des livres qui parlent de ce qu’ils vivent, cela peut aussi l'aider.
  • Les inciter et les encourager à jouer

En cas d’aggravation, d’une persistance ces symptômes ou d’augmentation de leur intensité, n’hésitez pas à prendre contact avec votre médecin traitant ou un psychologue qui pourra vous aider à évaluer la situation et vous guider.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter les fiches pratiques de l’hôpital Robert Debré : https://www.pedopsydebre.org/fiches-pratiques

*Une plainte somatique est un ensemble de symptômes physiquement ressentis lors d'une affection, par opposition à la dimension psychique.