Pourquoi pouvons-nous ressentir ce besoin de retrait social alors que nous soufrions d’en être privé ?

L'angoisse liée au virus et l'inquiétude générée en cas de symptômes génère du stress.  Si l'isolement n'est pas toujours simple à supporter, en sortir peut-être encore plus compliqué.

Nous avons vécu une période de grande inquiétude, qui a nécessité un retrait social important.  L’extérieur a été présenté pendant de longs mois comme dangereux. La perception que nous avons de l’extérieur peut se trouver transformée. Certains n’ont plus envie de sortir à nouveau comme avant car ils appréhendent ce qui les attends dehors : masques, distanciation sociale… ce sont des habitudes nouvelles qui rompent avec notre fonctionnement. Dans ce contexte la maison est un lieu rassurant et protecteur dans lequel nous avons pris de nouvelles habitudes.  

Il est donc normal d’éprouver une difficulté d’adaptation plus ou moins importante car nous ne revivrons pas immédiatement dans les mêmes conditions. Cet été émotionnel est connu et touche les personnes dans l’obligation s’isoler.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes peuvent être très variés :  anxiété anormale, peur de sortir, de tomber malade, hypervigilance : nous sommes plus attentifs, rituels de lavage ou désinfection qui paraissent excessif à l’entourage. Il peut y avoir comme pour les troubles anxieux des difficultés à s'endormir ou le développement de troubles alimentaires, tristesse…

Comment faire pour nous projeter dans cette nouvelle réalité post-confinement ?

Il est important d’en parler, et de respecter ce besoin de reprise progressive.

 Il faut maintenir les liens sociaux par des contacts réguliers avec son entourage (famille, amis voisins…), se protéger des informations anxiogènes en privilégiant les informations fiables et scientifiquement validées, faire l’effort de se stimuler pour structurer ses sorties par exemple en augmentant progressivement le temps de sortie à l’extérieur, mettre en place une activité physique d’extérieur

Les enfants font d’importants efforts pour s’adapter. Lors des vacances ou de la rentrée scolaire il se peut que les symptômes anxieux (ré)apparaissent. Il est important de leur expliquer le déconfinement et répondre clairement aux questions qu’ils se posent en utilisant un vocabulaire approprié.

Pour l’aider à gérer il est important de :

-             Maintenir un rythme de vie proche du rythme habituel avant le confinement (horaire lever, rythme scolaire … Cette routine renforce le sentiment de stabilité dont votre enfant peut avoir besoin.

-             Reprendre ses activités habituelles ou créer de nouvelles activités ludiques. Il est très important de remettre en place des perspectives agréables pour votre enfant. Demandez-lui ce qu’il a envie de faire.

-             Favoriser les relations avec les amis et la famille et notamment privilégiez les contacts directs. Les activités extérieures avec des amis de votre enfant sont à privilégier.

L’angoisse doit diminuer avec le temps. Si les symptômes et les troubles qui y sont liés se poursuivent, prenez contact avec un spécialiste pour être conseillé et pouvoir soutenir votre l’enfant.

©2019 Direction Médicale AXA Assistance France